Dire sur l’art



Fabrice Beslot- Vers une certaine approche de l’œuvre… Fabrikdelabeslot se revendique artiste populaire, il met dans ce terme tout ce qui peut le rapprocher des gens, de la vie ordinaire et de ses codes mais aussi de ses réalités.



fabrikdelabeslot.com














texte 1


Dans l’espace de la fabrikdelabeslot


C’est dans l’obscurité que le visiteur entre. comme par effraction, il pénètre  les tréfonds,  les entrailles,  d’un espace/corps insoupçonné.

Son propre corps  est alors mis à l’épreuve des sens :  vue et ouie s’emmêlent.

L’œil se pose ici sur un dessin gravé, là où on ne l’attend pas,  sur un texte déposé à la hâte, sur un adhésif  devenu  image, forme . Ici tout est dense.

Des désirs de toucher,  difficiles à contenir, accompagnent  les pas incertains. Il faut  éviter , les tuyaux qui  déglutissent, soufflent et  respirent,  les fils  suspendus, les petits  matériaux dispersés, les objets eux-mêmes  en mouvement.

Des drôles d’écrans, écroulés, accrochés ou posés,  diffusent des images issues du lieu de la performance, comme mises en abyme, en échappée…

Elles  révèlent  celui qui l’anime, qui peut être l’habite …  le Clown.


Car,  vivent conjointement,  le fragile et le résistant, le dérisoire  et  le démiurge


De ce foisonnement généreux nait une forme d’espérance, d’euphorie…

Elle se trouve sans doute dans l’espace réservé au  chuchotement, au cri , au  hurlement, ,à un moment, perçus.


Espace totalisant, transversal, expérimental, telle  une table d’informations sur notre monde fragile, l’espace de la Fabrikdelabeslot s’offre à nous, généreusement, mais  sans concession. Il nous  rappelle comme le signale Paul Ardenne* que «la force du réel, c’est bien  de déjouer les constructions élémentaires »

  1. *Universitaire, critique d’art,  essayiste,   «L’image Corps » Ed. du Regard Seuil 2001
















Texte 2


Entrer dans un espace comme on entre dans un corps

En saisir les entrailles

En sentir les humeurs

En cerner les bruissements

En chercher l’issue

Circuler, franchir…

Entrer dans un espace comme on monte sur  un manège

S’attendre à avoir un peu peur

Le bas ventre chatouillé

Le cœur soulevé

L’envie de rire et de crier,  tout à la fois

Et faire que ça tourne…

Entrez dans un espace comme on entre dans un cirque

C’est obligatoire

Chercher celui qui fera rire

Le clown

Chercher la piste

Enfin, l’endroit où les choses se font…

Entrer dans un espace comme on entre à l’usine

Pointer

Mettre sa salopette

Se motiver

Prendre ses outils

Et y aller

Se mettre au boulot !

Dans le  monde de Fabrice Beslot  

C’est possible …Circulez y tout à voir !.....                                                                             On bricole, on bidouille, on court-circuite

On tricote les signes du labeur

Ca transpire

C’est plein d’efforts , 

Et c’est très sérieux

Grave parfois, même

Comme la  vie, qui se fait et se défait

En acte 

Et puis,  il faut bien l’ épuiser, l’espace

Alors on s’essouffle parfois à entendre

Ca  hurle notre désir de faire

Et même si ça ne fait plus rire la galerie

Chez  fabrikdelabeslot,  on sait en sortant, qu’on continue… !


….. Mireille Cluzet