Dire sur l’art



Dans l’atelier de Gérard Beringer Mireille Cluzet



…..« Dès lors tous les abris, tous les refuges, toutes les chambres ont des valeurs d’onirismes consonantes » Gaston Bachelard-  la poétique de l’espace



Monter les étages d’un passage protégé

Sentir le lieu


Il évoque celui occupé par  ces ateliers au 19e siècle où des artisans de toutes disciplines se partageaient des surfaces de travail

Architectures enchevêtrées de labeur


Entrer

Une belle odeur d’effluves orientaux accueille

Il y a cette sensation de plein, de chaud, de vivant

Immédiate

Elle couvre tous les espaces

Du petit salon écarlate à la cuisine


La densité des objets présents signe le chineur

L’amoureux des choses et des objets

Une forme de luxuriance


Portrait ?


Quand on passe dans la grande pièce, on découvre

L’atelier, vaste, en lumière,

L’hésitation s’installe

Comment  regarder ?

Comment ne pas déranger

Tant d’intimités…


Mais l’artiste est là

Accueillant, chaleureux

Il  s’est préparé à la visite,

Il s’est préparé à se  donner à voir


Des tableaux, accrochés, posés, des tables de travail couvertes d’outils, de matériaux, d’images, des chevalets…

Et mêlés à cela les meubles du quotidien, la table du repas, les chaises


Tant de signes,


Une immense peinture représente un  bouquet d’hortensias, je crois,

Dense,  précise, ornementale

Au réalisme fulgurant

Elle   trône et éclate au regard

Difficile à lâcher,

Derrière elle se cache un grand portrait au fusain

La tension des deux assemblés dans mon champ de vision est aigue  -photo-


Avec vue

L’atelier s’ouvre, sur un autre espace,  plus intime encore

 La chambre, 

On saisi vite l’usage


Conditions du travail

Espace de  concentration, de distance nécessaire,  de repos, de réflexion


Un écrin

Chaque objet semble posé à sa juste place,

La multitude qui peuple l’appartement rappelle  le cabinet de curiosités

Au gré des déplacements se construit une histoire


Autoportrait ?


L’atelier de Gérard Beringer est ce  lieu composite

De vie et de travail

Unité foisonnante faite de rêves, de labeurs, de mémoires et d’histoires


« La maison abrite la rêverie, la maison protège le rêveur, la maison nous permet de rêver en paix »  … « Tout est indice » Gaston Bachelard : La Poétique de l’espace





L’atelier de Gérard Beringer (Paris- août 2012):